Le centre de voile de Bréhec - Bréhec & Lanloup en un siècle

Aller au contenu
Le Centre de voile de Bréhec
Cartes postales montrant des bateaux du CVB.
8 cartes (reprises d'autres collections)

Les origines
L' école de voile ouvre en 1967, après dépôt des statuts à la préfecture de Saint-Brieuc de l'association « Centre de voile de Bréhec» par cinq entrepreneurs locaux, dont Georges Le Breton, qui établissent leur quartier général aux Flots Bleus (ancien dancing aujourd'hui disparu en face le grand parking), réunnissent la somme de 5 000 francs (soit un peu moins de 7 000 € en 2020) et achètent quatre Vauriens, deux Berders et un Super Berder avec pour objectif l'initiation des jeunes à la voile. Son premier patron était Gérard Taton, professeur d'EPS, et le Centre de voile de Bréhec prit ses premiers quartiers dans la guérite située à l'entrée de la plage à gauche (ou au début du sentier des douaniers à droite, c'est selon) qui appartenait aux douanes au début du siècle, et qui sert à l'heure actuelle de capitainerie du port. Le premier logo C.V.B. est orange sur fond bleu marine, si ma mémoire est bonne. Sur la photo de Jean-Yves Uguet , Thérèse Rémond, marraine Lanloupaise du CVB, baptise la flotte. À voir la mousse, un baptême réussi! Côté plage, l'un des trois Vauriens du centre; sur l'esplanade, l'un des Berders. À droite en costume, Jean-Baptiste Dudoret, habitant de Bréhec et l'un des co-fondateurs du CVB. Cliquer pour agrandir.

Depuis longtemps affiliée à l'École Française de Voile et à la FFV, l'école appelée désormais Centre Nautique de Bréhec, sous l'égide de Ghyslain Clavé en chef de base et grâce à l'aide de saisonniers, continue de faire naviguer petits et grands de mars à octobre, ainsi que les scolaires toute l'année.
Coordonnées du Centre:
58 route de la Corniche
Téléphone - 02 96 22 62 66
Email - cnbrehec@orange.fr
Site Web du club ici
Page Facebook du club ici
Plaquette 2022 à télécharger ici

Les trois premières cartes montrent un dériveur emblématique sur lequel des générations de garçons et de filles ont appris à naviguer, et qui a littéralement révolutionné (le mot n'est pas trop fort) l'apprentissage de la voile en rendant cette dernière populaire, j'ai nommé le Vaurien (du nom du chien de son concepteur, l'architecte Jean-Jacques Herbulot). Pour en savoir plus sur le Vaurien, voir ici l'article du site bateaux.com. Voir également la plaquette réalisée par l'association AS Vaurien ici. Ci-dessous, quelques cartes postales sur le Vaurien et les trois dernières sur la Caravelle.
À l'ouverture du club de voile, tous les bateaux sont, bien sûr, en bois et le resteront jusqu'à l'arrivée des premiers 420. Les Vauriens sont dans un premier temps réservés aux marins confirmés et aux régatiers, même si les moussaillons sont de temps en temps autorisés à monter à bord, pour une virée pique-nique à Saint-Riom, par exemple. Bien avant l'arrivée des premiers Optimists, les débutants et les tout-petits font leur premier tour de la baie en Caravelle (également un dériveur développé par Jean-Jacques Herbulot pour les Glénans, photo ci-contre), bateau peu rapide mais très stable et qui pardonne aisément les erreurs de manœuvre, pouvant accueillir jusqu'à 6 équipiers et 1 skipper. Pour les marins de niveau intermédiaire, le club continue de s'approvisionner localement en se tournant comme pour les Vauriens vers le chantier Guindé de Guingamp, établissement situé rue de la Brasserie aujourd'hui disparu, pour y acheter des Berders (du nom de l'île du Morbihan) et leurs grand-frères, des Super Berders. À noter que ces deux voiliers étaient des créations « maison » de Francis Guindé, d'où une diffusion somme toute restée confidentielle, la majeure partie de la production Guindé de ces années-là étant des Vauriens (établissement habilité depuis 1955) et des Fireballs (à partir des années 60). Cette configuration Caravelle - Berder - Super Berder - Vaurien fera les beaux jours du CVB pendant très longtemps. Même l'arrivée des Optimists et des premières coques plastiques n'empêchera pas l'utilisation des Caravelles et des Vauriens jusqu'au début des années 2000. Certains se souviendront de ces coques peintes en jaune, que l'on peut voir à gauche sur la carte carte n 5.
À cette époque, il arrivait que certaines personnes viennent naviguer avec le CVB, utilisant leur propre dériveur. On peut noter les frères Ollivier, les frères Gognio, les régatiers Pivert, Rivière... et parfois les frères Bergouignan en 505 qui venait se joindre aux Fireballs, Ponants ou 420. La sécurité était assurée par un Zodiac noir et orange, du même type que ceux employés par la SNSM de l'époque. Dans le premier diaporama, je crois que le 505 sur la carte n 6 est celui des frères Bergouignan. La carte n 7 a été prise lors des 6 heures de Bréhec aux débuts des années 80, la tente du CVB présente sur le terre-plein. La carte n 8 montre la sortie des Optimists en 2002 ou 2003.
En ce qui concerne les moniteurs qui ont travaillé au Centre à cette époque, les stagiaires qui ont fréquenté l'école de voile dans les années 70 et 80 se rappelleront sans doute des noms suivants : Olivier Fleury, Eric Le Bail, Michel Le Bars, Olivier Le Meur, et Julien... dont le patronyme m'échappe. Si vous vous rappelez d'autres noms, merci de me les communiquer à info@brehec.fr afin de les saluer sur cette page, un clin d'œil pour les remercier d'avoir transmis leur savoir à des générations de voileux.
Des origines à 1979
Photographies de collections privées et coupures de presse

Commentaires
Photo n1, tirée d'une coupure de presse du journal local (pas de référence). L'article a dû paraître vers 1970/71.
De gauche à droite:  
Les enfants : Jean-Yvon Renault, son frère Dominique Hamon, deux frères de Plouézec (reconnaissez-vous les frères Verdo?), et Alain Millour.
Les grands : Jean-Yves Lejean de Lanloup, fils aîné de M. et Mme Lejean, instituteurs à Lanloup. Les frères Quéhec de Lanloup: Jacques (†) avec le pull écru, et Joseph dit «Jojo». Parmi les trois derniers, dont deux encore non identifiés. L'homme à la moustache, c'est Jean-Claude Louédec, qui a longtemps œuvré au CVB. Il est possible que Gérard Taton, le chef de base, figure également sur ce cliché, à droite. Qui saura mettre les deux noms manquants?
Le site manque cruellement de clichés de ces années-là. Si vous pouvez contribuer, n'hésitez pas !
Les années de 1979 à 1994
Liliane Longuet, présidente du CVB de 1980 à 1994, raconte ces années-là :
Il régnait à Bréhec à cette époque une formidable entente entre le Centre de voile, les plaisanciers et les habitants de Bréhec toujours prêts à nous aider :
Madeleine et Yves Le Leap, M. et Mme Martin, Gérard et Mady Porcon, Jean-Pierre Bersot et son fils Laurent, Joel Thomas, M. et Mme Muselet, Jeannot Bocher, Riri Le Quellec, Guy et Anne Roignant, la sœur de Guy : Jocelyne, et j'en oublie sans doute !

1979-1980:
C'était les débuts de la planche à voile ; Gérard Taton (professeur EPS) dont les parents habitaient Plouézec était à la fois président et directeur de l'école de voile de Bréhec ; il eut l'idée de créer les « 6 heures de planche à voile de Bréhec ». Patricia, ma fille, pratiquait ce sport au sein de l'école de voile. Comme je résidais en permanence à Bréhec, Gérard me demanda d'assurer bénévolement le secrétariat de l’association.

1980 à 1994:
L'année suivante, Gérard étant nommé dans la région Parisienne me proposa de prendre la présidence de l'association. Nous avons créé un bureau constitué de membres bénévoles ; Michel et moi, le docteur Rebeyrotte de Plouha, M. Guilleminot et M. Mazeran de Bréhec, M. Mazeran fut élu secrétaire et trésorier, je fus élue présidente, Gérard Taton restant directeur de l'école de voile.
Nous étions à cette époque à la tête de 2 caravelles, des bateaux en bois (Berder, Vaurien), New Matic gris, quelques Optimists, planches à voile Mistral et 420. Subventionnés par le SIVOM (10 000 francs) et une dotation de la jeunesse et sports en matériel sous forme de deux moteurs, l’école de voile fonctionnait alors très bien.
Grâce aux recettes (le bilan étant positif) et subventions du SIVOM (à hauteur de Plouha 51%, Plouézec 47% et Lanloup 2%)  en quelques années nous avons petit à petit remplacé les bateaux en bois et renouvelé le matériel : disposant de 4 New Matic neufs avec moteur (9,9 CV, puissance limite permettant aux moniteurs de ne pas passer de permis spécial) une dizaine d'Optimists, trois 320, cinq 420, achetés d'occasion, 15 planches à voile, un tracteur que les moniteurs avaient repeint en bleu marine et rose et surnommé « Bijou », une Méhari pour le transport de l'essence nécessaire au fonctionnement des moteurs, et conservant une caravelle en bois pour les débutants, les colonies de vacances, et en cas de mauvais temps. Aidés en cela par un groupe de fidèles moniteurs diplômés et aides-moniteurs, tous passionnés de voile et désireux de transmettre cette passion. Ils se reconnaîtront peut-être : Gaël spécialiste des Optimists, Titou, Yann, Hervé, Bertus Stéphane, Renan, Benoit (420, 320 et Caravelle). Frédérique et Patricia (en planches à voile).
Notre association a décidé d'étendre l'épreuve des « 6 heures de voile » en y ajoutant les dériveurs et voiliers, ce qui fit de cette régate la 2ème des Côtes-d'Armor, après les «24 heures de voile de Trégastel»  comptant jusqu'a 160 participants ; cette épreuve se déroulant de 10h du matin à 16 h, par équipe de 4 par bateaux et 2 par planche, départ style 24 h du Mans sur la plage, relais à chaque tour (3 bouées surveillées au large par les plaisanciers heureux de nous aider). Nous dressions un chapiteau sur la plage et les concurrents venaient se ressasier à chaque relais (servis par des bénévoles résidents à Bréhec). À la première édition, les coupes furent remises aux Paillotes, le local au-dessus du P'tit Bar, aujourd'hui disparu, puis sur le terre-plein par la suite.
Nous avons également participé à l’organisation (avec Alain Paul de Paimpol, concessionnaire de la marque de planche à voile Windsurfer) du championnat de France monotype Windsurfer, assurant la sécurité et le ravitaillement en eau potable des planchistes venus de toute la France (cette année fut très chaude avec beaucoup de pétole ; les planchistes restaient des heures au large !, sauf le dernier jour où le vent s'est levé).
Le matériel était entreposé l'hiver dans une ferme à Lanloup, les combinaisons, gilets, matériel de sécurité dans la maison des douaniers (maintenant bureau du port). Une caravane sur le terre-plein servait de bureau pour les inscriptions des stages, cela ne faisait plus sérieux, d'autant que chaque année le matériel souffrait de ces nombreux déménagements et nécessitait de sérieuses réparations coûteuses avant l’ouverture du Centre pour la saison d'été.
Un terrain situé derrière l'Hôtel de la Plage se trouvant à vendre, le SIVOM de Bréhec décida de faire valoir son droit de préemption pour le Centre de voile. Deux architectes, MM. Cras et Guervilly, qui pratiquaient la voile au Centre, dessinèrent le projet d'un centre fonctionnel  (photos ci-dessous); le permis de construire fut accepté, les devis et artisans choisis. Forts de cette promesse, contactés par l'association Fireball France afin d'organiser les championnats de France à Bréhec, nous avons pris l'engagement de les recevoir. Malheureusement, un changement complet de municipalité à Plouézec, un nouveau président du SIVOM (également élu de Plouézec), signifia l'arrêt du projet de bâtiment du Centre de voile, d'autres projets pour Bréhec étant à l'ordre du jour. Nous décidâmes alors de faire signer une pétition sur la place du marché de Plouézec, « Sauvons notre école de voile », qui à notre grande satisfaction a rassemblé de nombreuses signatures. Afin de débloquer la situation, Jean Derrien, ancien maire de Plouha et conseiller général, s'engagea à mettre provisoirement un hangar à notre disposition sur le terrain, ex-bâtiment des services techniques de la ville, inauguré en présence des élus locaux en juillet 1990. Hélas, trop tard pour nous permettre de recevoir les championnats de « Fireball » et nous avons ainsi dû annuler.

1990 :
Le hangar nous fut bien utile ; nous y avons installé deux douches et deux w.c., un coin cuisine pour les moniteurs, apportant ainsi un minimum de confort. Il nous permit surtout d'hiverner le matériel en toute sécurité et facilita également l'organisation de fêtes à Bréhec.
La maison des douaniers fut restaurée par la commune de Plouézec pour devenir le bureau du port. Ayant pris la suite de Monsieur Louis Le Floch en tant que régisseur et surveillante du port de Bréhec, je pus ainsi prendre les inscriptions des stages pour le Centre de voile (autorisée par le Maire de Plouézec) et assurer mes heures de permanence au port : fini la caravane sur le terre-plein...!
Notre activité se poursuivit sans problème nous permettant même de continuer à moderniser la flottille en achetant des catamarans : deux Hobby Cat 13 et un Hobby Cat 14 (jaune), des bateaux plus sportifs. De nouveaux licenciés s'inscrivirent au Centre de voile.

Avril 1994 :
Lors de l'assemblée générale, dans le but de renouveler le bureau, l'un des membre actif étant décédé, un groupe de nouveaux adhérents décida de prendre en main le bureau, nommant un secrétaire et un trésorier, souhaitant transformer le Centre de voile pour axer son développement et leur association sur la voile sportive plus que sur l'enseignement. Ils se chargeaient de répartir le matériel du Centre de voile chez l'habitant pour l'hivernage. Je fus réélue présidente de ce nouveau bureau. Cependant, cette nouvelle orientation du Centre de voile de Bréhec ne me correspondait pas et je décidai rapidement de laisser la place aux nouveaux venus, deux des nouveaux représentants à même de prendre la relève puisque possédant le brevet d'État de voile.
Quelques années plus tard, l’association ayant connu quelques difficultés de trésorerie, le SIVOM a racheté le matériel de l'association et assure maintenant le fonctionnement du Centre de voile de Bréhec.
Mon seul regret, plus de régates ni de fêtes à Bréhec ! Et le hangar provisoire est toujours là .

Diaporama du CVB, photographies aimablement fournies par la famille Longuet.

1979 – 1994
Photographies de collections privées.

Commentaires
Photo n1, l'ancienne guérite des douaniers qui servit de local pour le Centre de voile jusqu'à l'installation dans le hangar actuel. Photo n 2, inscriptions des régatiers aux 6 heures, Liliane Longuet au stylo. Photos n 3 à 6, les 6 heures de Bréhec et les véliplanchistes en pleine pétole. Photo n 7, 320 et Optimist. Photo n 8, carte postale réalisée lors du championat de France de Winsurfer. Photos n 9 et 10, le moniteur Gaël et ses mousaillons. Photos n 11 et 12, le projet avorté de construction d'un bâtiment pour le CVB.
NDLR : la photo des planches à voile fait ressurgir des souvenirs chez moi car j'ai participé à la première régate des 6 heures de planche à voile en 1980, avec ma belle Dufour à la voile rouge, orange et jaune, que mes parents m'avait offerte l'année précédente. Si l'été 79 m'avait permis de commencer à naviguer, j'étais encore loin de maîtriser l'engin ! L'été suivant, lorsque je suis arrivé en vacances avec la planche, j'ai décidé de faire le grand plongeon et je me suis inscrit à la régate, ayant trouvé un partenaire, novice comme moi, mais désireux d'aller au charbon. Après quelques cours donnés par « Bouboule » (Michel, moniteur au CVB) et quelques jours de pratique à naviguer dans la baie avant le jour J, ce furent ces heures passées sur (et dans !) l'eau qui ont fait que j'ai vraiment pris en main ma planche. J'ai terminé les 6 heures en dernière position, mais satisfait de ne pas avoir forcé la sécurité à venir me chercher au large ! Bon... à ma décharge, les planches Dufour ne faisaient pas le poids face aux modèles Mistral et, surtout, Tornado ; on trouve les excuses là où on peut ! ;)
Bréhec Loisirs - 1900 à 1994:
Les 6 heures de voile de Bréhec connaissant un vif succès (mais réservées aux voileux), notre association décida de redonner vie à la fête du 15 août (fête du village créée en 1920 avec des régates et courses de chevaux sur la plage) qui avait disparue (NDLR : voir les cartes Hamonic 7310 et 7311 de la section 1921-1930 du site). Nous n'avons pas eu le droit de faire des courses de chevaux sur la plage, ce qui se comprend. Aidés en cela par un groupe d'amis bénévoles, nous avons fondé une association chargée de l'animation de Bréhec, «Bréhec Loisirs», ayant pour président Guy Roignant.
Michel eut alors l'idée de créer la fête des «OFNI» (objets flottants non identifiés). Le matin, brocante sur la place de Bréhec ; l'après-midi, présentation des ofnis puis parcours obligatoire sur l'eau. Pendant ce temps sur la plage, concours de châteaux de sable, courses en brouette, et concours de lancer d'œufs (périmés, bien sûr!), suivis le soir d'un bal et d'un feu d'artifice.
Une anecdote à ce sujet: le 1er feu d'artifice fut offert par le Centre de voile. Il fut tiré sur l’eau (à partir d'un Optimist en aluminium que nous avait prêté la classe de mer hébergée dans les bâtiments de la colonie des P'tits Gâs), l’équipe chargée du tir de ce feu, Michel et Jean-Pierre, n'eut que le temps de s'enfuir car tout est parti d'un coup! En effet, le fournisseur s'était trompé dans la livraison; il avait livré un bouquet final au lieu du feu d'artifice prévu. Heureusement, nous avions prévu d'illuminer la digue avec des feux de Bengale. Le lendemain, pas fière, j'ai dû afficher sur le bureau du port une annonce d'excuse. L'année suivante, le fournisseur a rattrapé son erreur et le feu d'artifice fut magnifique.
L'association Bréhec Loisirs organisa aussi des concours de pêche suivis de grillades avec les plaisanciers sur le terrain du Centre de voile. Les recettes de l'association provenaient des ventes de saucisses-frites et de la buvette que tenait des bénévoles sous un chapiteau installé sur la place. Jean-Pierre Bersot mettait à la disposition de l'association son camion d'animation et son fils Laurent animait le bal. Jocelyne faisait les frites. Nous étions aidés par un grand nombre de villageois. Cette fête prit beaucoup d'ampleur et réunit près de 1000 personnes sur la place à l'heure du bal.
L'activité de Bréhec Loisirs cessa, n'ayant plus le soutien logistique du Centre de voile, suite à ma démission en avril 1994.
Diaporama du CVB, photographies aimablement fournies par la famille Longuet.
Bréhec Loisirs : 1990 – 1994
Photographies de collections privées.

Les années de 1994 à 2014
Vincent Meurzec, secrétaire, trésorier, puis président du CVB, raconte ces années-là :
En 1994, Liliane Longuet a quitté la présidence de l’école de voile. Il s’en est suivi une période de flottement d'un an à la suite de laquelle le jeune adjoint aux sports de la mairie de Plouha, Philippe Delsol, est intervenu pour lier le destin de l’école de voile à celui de l’association « Sport Culture Loisir» de Plouha. L’école de voile est malgré tout restée une association à part entière dont le président de l’époque, Hervé Baudet, a su susciter l’intérêt des élus pour investir dans du matériel nautique.
De 1995 à 2002, l'association a employé Étienne Delahousse, ancien patron de l’école de mer du Trieux, qui faisait naviguer les enfants sur des vieux gréements. Il est parti en 2002 quand il ne se reconnut plus dans les objectifs de l’association. Il habite aujourd’hui à Plouha et est impliqué dans l’association « Le Grand Léjon», vieux gréement vert basé au Léguer que l’on peut voir régulièrement au mouillage à Brehec en été.
Vers le début des années 2000, Hervé Baudet cède la présidence à Anne Lange-Berthaux. C’est la période ou plusieurs équipages de régatiers en dériveur «Fireball» s’affichaient dans des compétitions nationales et internationales et ont un peu malgré eux propulsé leur petit club parmi les tous premiers clubs français en compétition. Puis vers 2004 ou 2005, René Raoul, «magnétiseur»  de son état, est devenu président.
Si l'on remonte à 2004-2005, c’est la période de nouvelle modification des statuts avec changement du nom, l'association devenant CANGA pour Centre d’Activité Nautique du Goëlo-Argoat. À ce moment-là, en quelques années le nombre de salariés à l’année est passé de 1 à 4, le nombre de sites d’exploitation est passé de 1 à 4 (le site historique de Bréhec, le point passion-plage au Palus, une base de kayak à Tréméven et un autre site sur plan d'eau intérieur qui, je crois, n'a jamais été activé), ce qui fait que la trésorerie a été brûlée en quelques mois. L’association a souscrit un prêt de 90 000 € pour financer ses investissements avec la bienveillance active du maire de Plouha.

L'équipe en 2005, composée de président, Loïc Le Corre; vice-président et trésorier, Arnaud Bernard; secrétaire, Brigitte Sallou; secrétaire adjointe, Françoise Pignon, trésorier adjoint, Michel Le Picard. Du côté du conseil d'administration, composé de Maurice Hamon, Yvette Gerber, Chantal Delugin et Véronique Plassard, les élus des communes de Plouézec et Plouha, du Sivom de Bréhec, ainsi que de la communauté de communes Lanvollon-Plouha, sont bien représentés.
En 2004, l’association était exsangue, les salariés furent licenciés, et le matériel acheté neuf quelques années et/ou mois auparavant fut en partie vendu. En 2005, la Communauté de commune de Lanvollon-Plouha s'est engagée et a racheté la flotte du CANGA ; cet argent a permis de désendetter partiellement l’association. Je suis redevenu trésorier après cette période, avec d’abord Loïc Le Corre comme président, auquel a succédé Philippe Pierson, puis Jean Ducret. En 2010, Jean Ducret a présenté lors d'une réunion du SIVOM un projet visant à ouvrir une salle de classe afin de mieux pouvoir accueillir les scolaires. L'enveloppe globale pour une extension de 60 m², en bois, aurait coûté 45 000 €. Le projet n'a pas eu de suite.
Le nouveau conseil d'administration et le nouveau bureau en juin 2007, de gauche à droite : Ghyslain Clavé, Maurice Hamon, Philippe Pierson, Emmanuel L'Auton, Vincent Meurzec, Loïc Le Corre, Jocelyne Lallès, Michel Le Picard.
Trésorier depuis 2007, j'ai ensuite exercé la fonction de président du CVB de 2012 à 2014 après des difficultés d'entente entre la précédente équipe et les élus. En fait, l’association a programmé sa cessation d’activité en 2011 avec pour objectif de pérenniser l’activité en la transférant aux collectivités. Les discussions ont duré 3 ans...! L'association fut dissoute en septembre 2014, sachant que nous étions en phase de transition depuis janvier 2014, et dans le contexte pas simple des élections municipales qui pouvaient venir modifier la composition du conseil municipal en mai 2014. Déjà en 2011, alors trésorier, j’avais pu annoncer fièrement... que cette année, pour la première fois, nous n’avions pas eu besoin d’avoir recours à une autorisation de découvert de la banque pour passer l’hiver ; mais les sources de subventions devenaient de plus en plus aléatoires et complexes. Nous avons décidé qu’il n’était plus dans nos compétences de maintenir à flot une association de cette nature dont la gestion était devenue complexe ; et que ce n’était pas un service à rendre aux jeunes que de leur en céder la gouvernance. Il aura encore fallu 3 ans de péripéties pour que l’école de voile continue à exister et soit administrée par la collectivité.
En 2012, Francette Le Garff-Truhaud, Jean Ducret, Vincent Meurzic et Philippe Delsol, devant le nouveau local du centre nautique de Bréhec.
Les élus de Plouha et de Plouézec ont obtenu son maintien pour administrer le domaine maritime. Ghyslain Clavé, titulaire du B.E.E.S. 2° degré option Voile - Direction de Structure, fut embauché en 2002. Il partit de lui-même quelques temps, puis fut à nouveau nommé au poste de directeur de l'école de voile en avril 2005. Il y travaille depuis comme patron. Le CANGA est redevenu Centre Nautique de Bréhec en 2012. Aujourd'hui, Ghyslain est secondé par Philippe L'Hostis, en tant que directeur-adjoint, et sept moniteurs saisonniers.
1994 – 2014
Photographies de collections privées.

Commentaires
Les photographies n1 à 3 sont de Gilles Larbi. Sur la première photo à côté de Ghyslain, on reconnaît Saul Le Gall qui exerça longtemps l'activité de moniteur au CVB. Il a laissé de très bons souvenirs chez les petits et grands à qui il apprit à naviguer. La photo n 4 est attribuée au camping Le Varquez. Pas de provenance pour la photo n 5. Les 20 clichés du deuxième diaporama proviennent de ma collection et sont des photos prises entre 2007 et 2010.
Parenthèse - les anniversaires
J'ignore si les 25 ans du CVB furent marqués d'activités festives, mais le Centre fêta ses 40 ans d'existence en juin 2007, puis ses 50 ans en juillet 2017.
Pour les 40 ans de son existence, le CANGA organisa une régate et c'est Anne-Sophie Piriou qui remporta l'épreuve. Philippe Pierson, alors président de l'association, et Ghyslain Clavé remirent un prix aux participants, le résultat de la régate étant : 1. Anne-Sophie Piriou ; 2. Saul Le Gall ; 3. Victor Foucart ; 4. Jean-Marc Turban ; 5. Grégoire Ducret ; 6. Lucille Jaffrezou ; 7. Margaux Morvan ; 7. Guillaume Ducret ; 8. Gauthier Ducret.
Pour les 50 ans, le centre nautique a organisé une belle fête le samedi 1er juillet. À 12h, allocutions, ouverture des cadeaux et pot de l'amitié, suivi à 13h d'un pique-nique sur le mode « auberge espagnole ». À partir de 14h, navigation et baptêmes de voile avec les enfants du club et les moniteurs (actuels, anciens et futurs).

Les élus du SIVOM, les maires de Plouha et de Plouézec, la représentante de Leff Armor communauté, Ghyslain et Philippe, ainsi que Thérèse Rémond et Philippe Le Breton.


Thérèse, marraine du CVB, posant avec la photo du baptême présentée en intro, et Philippe, fils de l'un des fondateurs.
Parenthèse - le Massey
Un petit clin d'œil au fidèle compagnon du Centre pendant de longues années, successeur de « Bijou », le Massey-Ferguson qui a servi à la mise à l'eau des dériveurs, des planches à voile, de la sécurité...
Une belle photographie de Rémi, quelque peu retravaillée (cliquez sur le cliché pour l'agrandir). Ghyslain précise à ce propos qu'il va de soi que la marée est descendante au moment où est prise la photo ! ;)



Les années de 2014 à nos jours
Je laisse la parole au « boss », Ghyslain Clavé, déjà 20 ans de présence au Centre (!), qui nous raconte la période récente.
Après le départ de Saul Le Gall fin 2012 vers d'autres horizons, le Centre Nautique de Bréhec a connu quelques « aléas » sur le poste d'adjoint... Citons Pascal Hournon en 2013 (en remplacement de dernière minute d'un adjoint qui n'aura fait que le début de saison..., on ne peut que l'en remercier), Vedran Badiche en 2014 et Gaultier Enguehard en 2015 (avant qu'il ne participe l'année suivante à la Mini Transat en catégorie « Bateaux de Série »). L'équipe s'est restabilisée à partir de 2016 avec l'arrivée de Philippe L'Hostis (un natif de Paimpol bien connu pour son excellence en « Numéro 1 » sur les régates en voiliers habitables) !
La jonction entre la gestion « associative » et la gestion « territoriale » du Centre ne s'est pas faite sans difficultés. En effet, durant une longue période, l'association était l'heureuse bénéficiaire de deux « emplois associatifs locaux » : une mesure du Conseil départemental avec un financement des emplois sur la base d'un tiers « association », un tiers « collectivités locales » et un tiers « Conseil départemental ». Le glissement vers une exploitation du Centre par le SIVOM a mis fin, de droit, à cette période. Il s'en est suivi une transformation du poste d'adjoint de « permanent » en CDD « saisonnier »... L'arrivée de Philippe L'Hostis et l'énergie mis sur ce point par Michel Gourdain, adjoint à la Mairie de Plouha et alors vice-président du SIVOM, ont permis de revenir fin 2018 à la situation qui avait prévalu jusqu'en 2013… avec deux « permanents à l'année » !
La flotte a continué peu à peu à évoluer autour d'une logique propre, tel que « chaque investissement de bateaux » doit permettre de proposer à la fois soit des activités touristiques et scolaires, soit des activités touristiques et des activités « Clubers », activités de loisir organisées presque toute l'année à destination de la population locale ! C'est ainsi que l'on a vu les Funboats prendre la place des Optimists, les Vibes, puis les Topaz Uno Race X celle des vauriens et 420… et, d'une certaine manière, les catamarans Topaz 14, celle des Berders, Super Berders et autres Caravelles, pour ceux qui ont des vélléités d'aller voir un peu plus loin, vitesse aidant, ce qui s'y passe ! Les planches apparues au début des années 80 ont bien sûr été changées au fil du temps… mais les « petites dernières » arrivées (des Bic Breeze 11.6) marquent comme un certain retour aux sources : plus de straps où s'accrocher les pieds, rien qu'une voile à bout de bras !
Maïwenn Meurzec, Léonard Bellanger et Jules Luco, moniteurs, présentent les nouveaux voiliers Topaz Uno Race arrivés en 2017.
Somme toute, pas de grandes révolutions par rapport au projet d'origine… juste des évolutions permettant des ajustements avec les attentes des nombreux pratiquants ! On pourra toutefois remarquer que, depuis 2017, le Centre Nautique est devenu l'un des 38 centres nautiques bretons labellisés qui proposent de la location (pré-réservation possible sur le site Internet !) le temps d'une matinée ou d'une après-midi, et partir ainsi se balader en kayaks ou en paddles au pied des plus hautes falaises de Bretagne, ou bien encore partir jusqu'au Taureau saluer les risées du moment en catamaran ou dériveur !
L'équipe en 2018.
Enfin, et en guise de conclusion pour le moment, la disparition des Berders et autres, la dernière Caravelle ayant été revendue en 2005, avait laissé, à mon sens, quelque chose comme un «manque» ou un «goût d'inachevé» à cette lente mutation du Centre Nautique. C'est là un «oubli» qui sera rattrapé au printemps 2023 avec l'apparition d'une nouvelle flotte de «mini-collectifs»!  On ne vous en dira pas plus et on les attendra pour pouvoir vous les raconter!
Allez ...! En route vers 2027... pour fêter les 60 ans de cette belle initiative née un beau jour d'été 1967 !
De 2014 à nos jours
Photographies de collections privées et coupures de presse.

Commentaires
Les diaporamas ci-après présentent des photographies tirées de divers sites. La grande majorité d'entre-elles provient du site Facebook du CNB, dont vous pouvez trouver l'URL en haut de la page ; crédit aux photographes les ayant prises. D'autres photos illustrent les activités du Centre sur les sites officiels de Plouha, Guingamp, et Bretagne Tourisme.

Sur le premier diaporama, des photos de classe ainsi que des coupures de presse Le Télégramme et Ouest-France représentent un bel aperçu des activités hors-été du Centre. Depuis 2018, le Centre accueille les élèves des écoles de Leff Armor communauté. La photo n⁰ 1 de 2018 marque la visite de la classe de CM2 de l'école publique de Pléguien, et la photo n⁰2, celle de CM2 de l'école Saint-Yves de Plouha. La photo n⁰3 de 2019 fut prise lors de la journée « L'école, toutes voiles dehors» durant laquelle 95 enfants de CE2, CM1 et CM2 d'écoles de Lanvollon, Paimpol et Plouha ont pu vivre une journée de sports nautiques. Quant aux photos n⁰4 et 5, elles sont un exemple de la conscience écologique du CNB avec le recyclage des vieilles coques plastiques en fin de carrière, que l'on retrouvera ainsi transformées en mobilier urbain ou autre.
Personnel d'encadrement
Le Centre, c'est avant tout une question de personnes, bénévoles et salariées, citoyens et élus, qui font « tourner la baraque». Voici quelques photos du personnel encadrant, administratif, moniteurs et monitrices, aides-moniteurs et aides-monitrices. Par ordre alphabétique et pas forcément des photos, les garçons: Aurélien, Baptiste, Charles, Ewen, Gaultier, Ghyslain, Jules, Léonard, Philippe, Simon, Tangui, Victor et Yvan; et les filles: Audeline, Enora, Maïwenn, Maria, Morgane et Pauline. Pardon à celles et ceux qui ont œuvré depuis 2014 et ne sont pas représentés ici.
Les stagiaires
Quelques photos des stagiaires, petits et grands, au Centre et en action.
Le matériel
Philéas, Funboats, Topaz, Vibes, planches à voile, kayaks, paddles... ces cinq diaporamas donnent un bel aperçu des activités offertes et du matériel, ancien et moderne, mis à disposition des stagiaires sur notre magnifique plan d'eau.

Les icônes ci-dessous vous permettent de partager cette page sur les réseaux sociaux via vos comptes Facebook et Twitter ou de signaler la page par email. Les trois icônes du milieu de bas de page renvoient vers les pages Facebook, Instagram et Twitter du site, services où seront annoncées les nouveautés du site telles l'ajout de nouvelles cartes postales ou de commentaires.
Retourner au contenu