1961-1970 - Bréhec & Lanloup en un siècle

Aller au contenu
Combier Imprimeur Mâcon
La société créée par Jean Combier revient à Bréhec pour des photos aériennes et propose à la fois une colorisation de clichés antérieurs et les premières cartes en quadrichromie moderne.
8 cartes

Commentaires
Commentaires sur les cartes CIM à suivre.
Les Éditions du Moulin
Peu de cartes dans ma collection. Vu les numéros que je possède, il en manque au moins 5 ou 6 dans la série.
9 cartes

Commentaires
Commentaires sur les cartes EDM à suivre.
Les Éditions Vacances
De belles cartes de la fin des années soixante qui nous permettent de voir les premiers Vauriens de la nouvelle école de voile de Bréhec, ouverte en 1967.
11 cartes
Commentaires
Les cartes des Éditions Vacances nous proposent une belle tranche de vie à Bréhec vers la fin des années 60; les différents sujets proposés permettent d'estimer cette série de clichés vers 1968/69.
Sur la carte n⁰ 2 se trouvent les bateaux de Jean Hamon, blanc à liseret bleu, le deuxième au premier plan. Il s'appelait «la Mouette». Juste derrière, avec son plat-bord rouge, c'est «Huguette», le bateau de François Hellequin, qui tenait le garage de Lanloup avec sa femme Anne. Derrière, le bateau à liseret vert appartient à Monsieur Poulenec; derrière celui avec cabine, le bateau d'Alain Herry du Questel. Enfin, devant le bateau avec cabine, on trouve le «Cyclone», qui semble être un peu incongru dans un port breton puisqu'il s'agit d'un «pointu» de Méditerranée. Monsieur Charles en était le propriétaire.
Sur la carte n⁰ 3, on aperçoit le petit chalutier «Face au destin» d'Yves Hamon, pêcheur professionnel et mari d'Yvonne qui tenait l'épicerie-buvette «L'Escale». Ce bateau a été fabriqué au chantier Mary (ex-chantier Jeanne) de Loguivy. En arrière-plan, les Rochers Rouges, établissement tenu à l'époque par Jean Moal, et le camping des Tamaris. C'était le rendez-vous des jeunes dans ces années. Devant le chalutier, le bateau de Pierre, du Questel.
La carte n⁰ 4 renvoie à une éqoque que beaucoup regrettent, celle où il était possible de plonger de la digue! Avant 1975, la digue se terminait en forme d'escalier. Tous pouvaient donc plonger, de quelques marches, comme le jeune garçon de la photo, au sommet du parapet pour les plus intrépides.
La carte n⁰ 5 fait la publicité pour La Paillotte, le premier étage au-dessus de Chez Gritti, actuel Le P'tit Bar, qui fut construite en 1966 (souvenir d'une personne qui se rappelle que «Bang Bang» de Sheila était au Hit Parade!), qui servit de salle de café, lieu de réunion et de remise de prix, et même de dancing! On retrouve La Paillotte sur la dernière carte.
Belle photo des Vauriens du CVB sur la carte ⁰ 6 (voir la page sur le Centre de voile dans la section Anecdotes). À cette époque, il n'existe pas de cale du Perré, qui sera construite lors de l'agrandissement de la digue en 1975. Le Centre de Voile ramène donc les bateaux sur la plage à la fin de chaque session (carte ⁰ 7).
Les cartes n⁰ 8 et 9 permettent de bien distinguer les rochers noirs qui existaient côté gauche jusqu'à ce que la construction de la cale les fasse disparaître. Les petits se faisaient un malin plaisir à chercher les petits crabes cachés sous le goëmon en attendant le retour de la marée haute.
Pierre Artaud
Les années 60 marquent la scission de la société entre les héritiers de la 3ème génération. Le petit-fils Pierre publie ses premières cartes postales sous son nom. Il prend la raison sociale Les Éditions du Gabier peu après.
3 cartes

Commentaires
Ces cartes en couleur datent d'après 1966 puisque l'imprimeur est désormais référencé sous la mention Pierre ARTAUD et Cie - Editeurs, même si la première est encore une technique de reproduction type années 50. Ce sont les seules cartes couleur Pierre ARTAUD que je connaisse. Ces deux cartes sont de séries différentes. La première est la carte numéro 6 de la série LA FRANCE VUE DU CIEL tandis que la deuxième porte le numéro 13 d'une série intitulée PORTS BRETONS. Il est donc possible qu'elles ne soient les seules cartes existantes de Bréhec chez Pierre Artaud de ces années-là.

On note la différence de couleur des deux versions de la carte numéro 13, et notamment la voile rouge qui devient blanche lors du retirage, peut-être au début des années 70 où la reprographie couleur a fait des progrès.
Jack
Les premières cartes de Jean Stoll, basé à Louannec, un éditeur que l'on retrouvera jusque dans les années 2000.
3 cartes
Commentaires
Commentaires sur les cartes Jack à suivre.
Jean
Éditeur de cartes postales basé à Audierne dans le Finistère, Jean nous offre quelques clichés sur Bréhec
4 cartes
Commentaires
Commentaires sur les cartes Jean à suivre.
Jos Le Douaré
Grand spécialiste de la carte postale en Bretagne, son fils Dominique prend le relais à partir des années 60.
Il revendra l'entreprise en 1997.
11 cartes
Commentaires
La carte multivues Lanloup - Bréhec figure en deux exemplaires. Le premier, référence MX.7.889 porte au dos un timbre affranchi dans les années 60. Le deuxième est une réédition des années 1970, référencé C-148. On note l'amélioration de la gestion des couleurs entre les deux.
Éditions SOFER
Société française d'éditions réunies.
9 cartes
Commentaires
Voir l'historique des sociétés créées par André Paturaud dans la section 'Les modernes' du menu 'Les éditeurs' pour plus d'informations sur la société SOFER (Société Française d'Éditions Réunies), fondée en 1965. Il est donc possible de dater ces cartes de la deuxième moitié des années 60.
Les Tirages Modernes
Au vu des numéros que je possède, il doit en manquer quelques unes.
4 cartes
Commentaires
Retour de l'éditeur Les Tirages Modernes au milieu des années 60, date que j'estime être correcte non seulement par les exemples de circulation vus, mais également car la carte n⁰ 2 montre ce qui est aujourd'hui Le P'tit Bar, à l'époque connu comme 'Chez Dorino', en travaux alors que 'les Paillottes', le bar de l'étage, est déjà construit.
Au niveau des cartes, on voit que l'impression couleur a fait de très nets progrès ces années-là, comparé à la colorisation des années 50, même si la carte postale n'est pas encore arrivée à la vraie qualité photographique atteinte dans les années 70 et le début des cartes dites 'modernes'.
Bizien, Paubert, Le Cornec, Soven
Quelques raretés, expliquées ci-dessous.
5 cartes
Commentaires
Deux cartes des années 60, éditions Bizien (1) et Paubert  (2), qui montrent une colonie bien entretenue. Un vrai scandale que d'avoir laissé pourir ces bâtiments !

Les deux cartes suivantes sont rares :

La première, par les éditions artistiques Le Cornec (Squiffiec), est une carte multivues très intéressante au niveau de l'historique du Vieux-Bréhec. Je n'ai jamais vu circuler l'une des quatre cartes de ce montage donc j'ignore si elles existent autrement que par ce montage photo. Celle du bas a retenu mon attention car c'est l'une des deux seules cartes postales de toute la collection, avec la première de Combier pour cette décennie, qui indique que les Rochers Rouges ont commencé par un emplacement sur la cale du Vieux-Bréhec avant d'être interdit à cet endroit et devoir remonter sur la gauche du camping Les Tamaris, là où le bâtiment actuel se trouve toujours, devenu une propriété privée.

La deuxième est une carte réalisée en feutrine par un éditeur du nom de Soven, 9 rue Friant à Paris, société pour laquelle je n'ai aucune information. J'ai vu d'autres réalisations du même éditeur, avec le même mélange de noir, bleu, rose et vert, mais beaucoup de scènes avec des personnages folkloriques, ainsi que d'autres cartes ou l'orange remplace le rose, mais toutes du midi de la France. Ce qui est étonnant c'est que la production Soven représente des stations balnéaires ou des villes très connues, telles Arcachon, Bastia, la Seyne-sur-Mer, le Cap-Ferret ou encore Féjus-plage, ou bien des régions comme Auvergne, Vendée, Camargue... Bref, que des endroits connus. Alors pourquoi Bréhec ?! Soven est un nom breton et la société était située dans le 14ème arrondissement de Paris, bien connu comme étant le quartier breton de la capitale. Le ou les gérants avaient peut-être un lien avec la région, ce qui expliquerait l'existence de la carte postale sur Bréhec et la mention du nom sur celle de la Côte de granit rose.
On trouve d'autres éditeurs de cartes postales en feutrine dans les années 60. Cela semble donc avoir été un engouement durant cette décennie car on ne trouve plus de cartes de ce type plus tard.
Vallazur
Cartes parfumées avec une vue, une fleur ou une mini poupée.
3 cartes
Commentaires
Les cartes Vallazur, que l'on peut qualifier de cartes à système, étaient fabriquées à Grasse, capitale française du parfum, et vendues comme carte de luxe. Comme vous pouvez le voir sur la photo n⁰ 4, le destinataire devait tirer sur la languette pour respirer les senteurs du parfum choisi par l'expéditeur. Le choix du parfum de marque Fragonard intégré à la carte se faisait entre bouquet, cyclamen des Alpes, douce pensée, jasmin, lilas, millefleurs, mimosa, muguet, neigeflor (edelweiss), œillet, rose et violette.  Il existait également des versions avec une mini poupée à retirer de la carte, ainsi que des cartes à parfum avec une pin-up, seins nus mais couverte, à la place des fleurs.



Les icônes ci-dessous vous permettent de partager cette page sur les réseaux sociaux via vos comptes Facebook et Twitter ou de signaler la page par email. Les trois icônes du milieu de bas de page renvoient vers les pages Facebook, Instagram et Twitter du site, services où seront annoncées les nouveautés du site telles l'ajout de nouvelles cartes postales ou de commentaires.
Retourner au contenu